Un +

L’inspecteur Tolstoï et l’agent Perdreau sont les héros ( !!!) d’un livre intitulé Frissons in Bordères, une véritable aventure policière avec des chausse-trappes et beaucoup de déconfitures. Si ce livre vous intéresse, vous pouvez nous le commander. Son prix est de 10 €, frais de port compris.

Voici un court extrait de ce livre :

La chaise longue fut inventée en 1777 par sir Albert-Douglas Chaise-Longue. Né à Liecester d’un père amiral et d’une mère maître-chanteuse, Albert-Douglas n’était pas du tout destiné à devenir inventeur. Il fit des études de droit fiscal et de composition de litière pour chat à Oxford. En 1770, il rencontra Constance Fogg-Muster, une jeune fille dotée d’une beauté farouche dont il tomba éperdument amoureux, au point d’écrire pour elle soixante-huit poèmes en une seule nuit. En 1771, fraîchement diplômé, il fut embauché par Alexis Phytozoaire, fournisseur officiel d’oreillers de la Maison Royale. Ce fut là la première approche du repos pour Albert-Douglas. A cette époque, il n’était pas rare de croiser Albert-Douglas dans les rues londoniennes seulement vêtu d’un pyjama et d’un bonnet de nuit. En 1774, Phytozoaire le renvoya sans préavis car il ne supportait plus ses bâillements intempestifs. Albert-Douglas, d ‘abord désarçonné, déménagea pour Plymouth, dans les Cornouailles, avec sa femme Constance, son fils Ragtime et son poulet Chucky.

A Plymouth, Constance se promenait en sautillant sur le port avec Chucky dans ses bras. Ragtime dessinait des ronds, assis en tailleur devant la grande cheminée. Quant à Albert-Douglas, il songeait sans cesse à découvrir quelque chose qui puisse stimuler le délassement et la détente.

En juin 1776, l’année de l’indépendance des Etats-Unis, Albert-Douglas pensa avoir trouver une idée intéressante : un lit pendu à un crochet de boucher. Ce n’était pas une bonne idée !

En l’essayant, Constance se cassa six dents !

 

Mais en février 1777, Albert-Douglas eut une vision subtile : une chaise avec un dossier inclinable. En se mettant dessus, il comprit que c’était ça, que c’était le bon truc, le jack-pot ! Il envoya le premier exemplaire au Roi d’Angleterre qui lui répondit le jour suivant par courrier : « Mon cher Albert-Douglas vous êtes un génie, bravo, méga bravos. Je vous fais Lord dans l’heure et je vous invite le week-end prochain à Windsor. Nous jouerons à chat perché ensemble, nous allons bien nous poiler. »

La chaise longue est maintenant indispensable, comme le coton-tige et le poisson pané…

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site